En 1915, de Nice à Oran en passant par Nîmes et la Champagne, Guillaume Apollinaire est sur le front de l’amour entre Lou et Madeleine et sur celui de la guerre. Jacques Ibanès fait revivre par le texte et la chanson le poète qui célébrait 

Les soleils merveilleux mûrissant dans l’espace

Comme font les fruits d’or autour de Baratier 

 

rue et chemin de Baratiernb

 

Jacques Ibanès, chanteur, poète, écrivain, n’a pas manqué de rendre visite à l’église Saint-Apollinaire de L’Argentière-La Bessée et sur la route qui l’emmenait à Baratier, il a salué le mont Guillaume… puis il est allé photographier la plaque de la Rue Guillaume Apollinaire et celle du Chemin des fruits d’or.

 

P1500656nb

Non, Baratier n’a jamais vu Apollinaire se promener dans ses rues qui sécrètent pourtant un parfum de poésie.

 

P1500658nb

Pour nous, public de Baratier, c’est l’amour et la guerre de Guillaume Apollinaire qui sont passés dans la voix à la chaude humanité de Jacques Ibanès. Nous avons redécouvert les poèmes chantés, où amour et volupté se mêlent au bruit des tirs de canons et à la tristesse des champs de bataille, où les roses comme les obus célèbrent avec passion et érotisme le corps de Lou. Nous étions tous assis dans le wagon de chemin de fer à contempler la rencontre du "soldat bleu d'un rêve" avec Madeleine, juste après que le poète ait quitté Lou pour rejoindre le front. Le front,

 Boyaux et rumeur du canon
        Sur cette mer aux blanches vagues
        Fou stoïque comme Zénon
        Pilote du cœur tu zigzagues

L'horizon, le combat. Des enfants...

Un fantassin presque un enfant
        Bleu comme le jour qui s'écoule
        Beau comme mon cœur triomphant
        Disait en mettant sa cagoule

        Tandis que nous n'y sommes pas
        Que de filles deviennent belles
        Voici l'hiver et pas à pas
        Leur beauté s'éloignera d'elles

Nous avons écouté les lettres parfois murmurées sur quelques accords de guitare et nous avons ri au récit au pas cadencé du 2ème canonnier conducteur. Nous étions vingt et cent. Nous étions tous captivés et les mots de Guillaume prononcés par Jacques ont fait le voyage jusqu’à nos coeurs et explosé jusque dans nos mains, car elles voulaient couvrir le bruit de la guerre et applaudir à l’amour…

Toi qui fis à l’amour des promesses tout bas
Et qui vis s’engager pour ta gloire un poète
Ô rose toujours fraîche, ô rose toujours prête
Je t’offre le parfum horrible des combats

 

P1500680

 

Jacques Ibanès reviendra dans les Hautes-Alpes, avec dans ses bagages, d’autres récitals, d’autres chansons, un riche catalogue, de poètes, de chanteurs, avec la Méditerranée et l'Océan, avec Brassens et la solitude du gardien de phare, et Prévert et Cendrars, avec la poésie, "une arme à faire refleurir l'espoir", des mots de combats et de résistances, avec des voyages et l'amour, toujours l'amour... 

 

P1490502

  Voici le tétin rose de l'euphorbe verruquée
    Voici le nez des soldats invisibles
    Moi l'horizon invisible je chante

 

C'était dimanche 21 juillet à Baratier. 

Apollinaire est passé par là,

enfin !

 

***

 

 

Le site de Jacques Ibanès

À lire : L'Année d'Apollinaire, 1915, l'amour, la guerre. Jacques Ibanès, Fauves-Éditions, 2016

51v0rsTYhNL