Lesdiguières : Château de Vizille (38)François de Bonne, Duc de Lesdiguières, Pair et Connétable de France, Seigneur de Serres, est sans conteste un des personnages les plus emblématiques de l'histoire des Hautes-Alpes. 

Né en 1543 à Saint-Bonnet-en-Champsaur, il joua un rôle capital dans les guerres de religion, soutenant la cause du futur roi de France, son ami Henri de Navarre, Henri IV. Il défendit le Dauphiné contre le Duc de Savoie et devint Lieutenant général pour le roi de la province, en 1597. 

Il prit part aux guerres de religion qui dévastèrent la France de 1562 à 1598, date de la signature de l'Edit de Nantes. (A la découverte de Serres, imp. à Gap 2012)

Surnommé "le roi des montagnes" ou encore "le renard du Dauphiné", il avait placé son quartier général à Serres, dont il avait acheté la seigneurie en 1576.

Il amassa une fortune considérable, acheta des terres et investit dans les châteaux de Vizille et de Grenoble, ainsi que dans de belles demeures entre Serres et Paris. 

Il mourut à l'âge de 83 ans, en 1626, et fur enterré dans son château de Diguières dans la Champsaur, près de son lieu de naissance, Le Glaizil. On peut voir son mausolée au Musée de Gap, où Lesdiguières est représenté en gisant accoudé, tradition qui remonte au XVIe siècle.

francois_de_bonne_duc_de_lesdiguieres_mausolee

Photo : Bibliothèque dauphinoise (cliquer sur la photo pour voir la bibliographie du Duc de Lesdiguières)

1

La maison dite de Lesdiguières est un bel exemple d'architecture Renaissance. Située au 39 de la rue Henri-Peuzin qui longe l'église St-Arey, église paroissiale de Serres, elle a été restaurée par ses propriétaires actuels et classée au titre des monuments historiques en 2000. Difficile à photographier, elle a fait une belle part aux "gypseries", que ce soit en décoration extérieure ou intérieure. la gypserie est une technique de décoration, qui contrairement  au stuc, n'utilise pas de poudre de marbre dans sa composition. Moulée et sculptée en gypse, qui, cuit et broyé, devient la poudre de plâtre que l'on mélange à l'eau "gâchage" et qui durcit à l'air "prise". Le terme et la technique sont utilisés presque uniquement en Provence. En provençal, "plâtre" se dit "gip". On trouve de nombreux gisements de gypse en Provence. De même, l'artiste qui met en œuvre les gypseries est qualifié par le terme provençal de "gippier", parfois francisé en "gypier".

Scan0027

La Façade est élevée sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage noble d'ordre toscan, un seconr étage d'ordre ionique.  Les tons colorés s'éclairent du bas vers le haut, donnant une impression de plus grande hauteur.

2

3

Le rez-de-chaussée est sobre, avec une configuration typiquement médiévale : porte piétonne donnant sur un corridor intérieur, combinée à une baie sous arc, cintrée et plus large, donnant accès sur un local de type boutique ou écurie.

5b

Les pilastres de l'étage noble sont couronnés de chapiteaux tocsans, ceux du second étage sont cannelés et couronnés de châpiteaux ioniques. Les corniches sont supportées par des consoles à volutes.

6

Des détails remarquables sont à admirer :

Un lion à crinière étalée est représenté au-dessus de la grande baie du rez-de-chaussée, tel une clé de voûte.

Une tête féminine que l'on dit être celle de Marie Vignon, maîtresse puis seconde épouse de Lesdiguières, est sculptée au-dessus du meneau de la première fenêtre.

Un oculus ovale surmonte la porte piétonne.

8

10

La décoration intérieure correspond à celle de la façade et a été restaurée sous l'égide de l'architecte des Bâtiments de France par les propriétaires actuels. 

L'une des caves donne sur un petit passage couvert (soustet) sous la rue Henri-Peuzin, qui est probablement une des traces de l'ancien rempart et du chemin de ronde du XIIIe siècle.

C'est en comparant cette maison à d'autres demeures ayant appartenu à des seigneurs protestants, compagnons d'arme de Lesdiguières, aux partis décoratifs remarquables où les gypseries ont une part prépondérante et en réalisant une analyse dendochronologique de l'âme des balustres de la cage d'escalier, qu'on a pu dater cette maison et l'attribuer à Lesdiguières.

Source : Les Amis du Village Touristique de Serres, "A la découverte de SERRES", imp. à Gap, 2012.